Entreprise

Ce qu’il faut savoir sur le plan de financement prévisionnel : comment le construire ?

plan de financement prévisionnel

Le tableau du plan de financement prévisionnel est l’une des étapes très importantes du prévisionnel financier. Il sert à fournir une assurance au niveau de l’équilibre financier d’un certain projet, en résumant tous les besoins d’argent qu’il faudra satisfaire et surtout, toutes les ressources qu’il faudra apporter avec lui.

Ce tableau est soumis à une étude très attentive par un banquier dans le cas où vous voudriez un financement par emprunt. Le plan de financement est une composante très déterminante de la solidité financière d’une entreprise ; mieux il est géré et mieux l’entreprise saura faire face à la gestion de ses investissements et de ses exploitations, tout au long de sa durée de vie (pour les projets à court ou à long terme).

Il s’établit souvent lors d’une création ou de la reprise d’une entreprise et on va tout de suite voir comment.

Le plan de financement prévisionnel : qu’est-ce que c’est au juste ?

Le plan de financement prévisionnel est donc un tableau créé pour mener à bien la gestion financière des projets d’une entreprise, ou plus précisément, pour s’assurer d’un équilibre convenable entre les besoins générés et les ressources disponibles pour les satisfaire. Cet équilibre est présent lorsque l’on fait en sorte d’avoir plus de ressources que de besoins, et c’est d’ailleurs dans ce cas que l’entreprise peut se permettre d’avoir une trésorerie, qui est indispensable à sa survie.

Ce plan est utilisé par les entreprises elles-mêmes qui le créent pour pouvoir le suivre et ainsi garder un équilibre constant, mais il est aussi visionné et utilisé par les banques pour ainsi décider d’accorder un emprunt ou pas, en cas d’un grand projet qui leur est soumis. Ce tableau comporte plusieurs données toutes aussi importes les unes que les autres et le banquier leur prête une attention égale à chacune, surtout à celle des besoins de fonds de roulement (BFR) qui est bien souvent oubliée par les entrepreneurs.

Comment construire un plan de financement prévisionnel ?

Dans un premier temps, il est nécessaire d’identifier tous les besoins de financement qui sont composés de tous les montants décaissés ou bien dépensés par l’entreprise et cela, à travers :

  • les immobilisations de toutes les sortes qui sont achetées et conservées pendant près de 12 mois ;
  • les remboursements d’emprunt ;
  • les remboursements de comptes courants associés, qui sont hors intérêts et hors assurance ;
  • la variation du BFR ou le besoin de fonds de roulement, qui représente le résultat de décalage des flux de trésorerie ;
  • les distributions de dividendes, qui représentent les bénéfices comptables distribués entre les associés.

En second lieu, il est aussi nécessaire d’identifier les ressources adaptées et qui sont :

  • les déblocages d’emprunt par les établissements de crédit, comme les prêts d’honneur ou les prêts à la création d’entreprise ;
  • les apports en comptes courants des associés finançant les besoins de leurs projets ;
  • les apports en capital et la capacité d’autofinancement (CAF) qui représentent les flux engendrés par les activités de l’entreprise.

Et enfin, il faudra calculer la variation de la trésorerie qui sera tout simplement la soustraction des ressources aux besoins estimés durant la même période.

Les conclusions du plan de financement

Après l’établissement du plan de financement, il est important de vérifier que les besoins qui permettent le démarrage convenable de l’entreprise sont financés et satisfaits et que la structure créée se base sur des fondements réalistes.

On peut dire qu’un plan de financement est bien établi lorsque les apports associés concordent avec les prévisions des statistiques futures de l’entreprise, quand la somme de l’emprunt n’est pas disproportionné comparée aux apports des associés (les fonds propres doivent constituer 30% maximum du financement total), quand les changements de trésorerie du plan correspondent au tableau de variations prévu pour la trésorerie, quand les distributions de dividendes sont bien intégrées dans le plan et enfin, quand les ressources financières sont supérieures à ceux que consomment les besoins.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.