Entreprise

Mode de financement : comment ça fonctionne ?

mode de financement

Créer sa propre affaire n’est pas une chose facile. En plus d’avoir les idées et une bonne feuille de route pour faire en sorte que son entreprise ait du succès il faut aussi un budget pour la démarrer.

Le financement d’une entreprise est très important pour la maintenir à flot et lui permettre de fleurir. Il existe plusieurs modes de financement qui aident les différents actifs de l’entreprise à financer le projet. Nous allons voir quels sont les différents modes de financement d’entreprise et leurs particularités.

Quelles sont les modes de financement d’entreprise ?

Les financements d’entreprises peuvent être d’origines différentes :

  • ils peuvent être des fonds propres provenant de l’entrepreneur ou des différents associés de l’entreprise ;
  • ils peuvent provenir d’une source externe comme un organisme financier.

Chacun de ces types de financement d’entreprise se divise en plusieurs autres sous catégories. Ces différents types de financement peuvent servir autant pour démarrer la société que pour d’autres projets.

Les fonds propres

Les fonds propres englobent toutes les sommes investies sous forme de capitaux ou autres des différents acteurs de la société. Ils concernent aussi les subventions d’investissements qui peuvent se faire par une personne ou un organisme tiers.

Certains d’entre eux sont même définis par la loi et doivent servir non seulement à la création de l’entreprise, mais encore à tous les projets de celle-ci.

Le capital social

Parmi les fonds propres qui peuvent être utilisés pour constituer une société, nous avons le capital social. Ces capitaux sont généralement versés lors de la signature du statut de l’entreprise et lors de l’immatriculation de la société. Ils peuvent être souscrits sans pour autant être versés immédiatement par les associés, par contre ils doivent respecter un certain délai pour le faire.

Ces fonds sont doivent rester durablement dans l’entreprise tout au long de son activité et ne doivent pas être remboursés aux personnes qui les ont investis. Ces capitaux ne peuvent être remboursés qu’en cas de liquidation de la société. La notion de capital social n’existe pas pour les sociétés individuelles, il est remplacé dans ce cas par un compte d’exploitation.

Les comptes courants associés

Ces comptes servent à recevoir des sommes qui vont être mises à disposition de l’entreprise à plus ou moins long terme. Seuls les associés peuvent avoir ce type de compte et le bloquer si besoin. D’ailleurs certaines banques exigent de leurs clients qu’ils bloquent une somme d’argent dans ce type de compte pour l’entreprise. Les personnes qui sont à la tête d’une entreprise individuelle ne sont pas concernées par ses comptes associés.

Les apports de sociétés de capital-risque

Les apports de sociétés de capital-risque sont des apports fournis par des organismes financiers pour faire des profits. Ces organismes cherchent avant tout à parrainer des petites entreprises pour leur donner une chance de s’en sortir.

C’est avec la valeur que prend l’entreprise que ces organismes peuvent faire des profits. Ce sont généralement des projets de grandes ampleurs, qui ont des besoins financiers conséquents qui ont le plus besoin de ce type de financement.

Les fonds externes

Ces fonds englobent toutes les formes d’emprunts ou de crédits qui proviennent d’établissements emprunteurs comme des banques ou certains organismes habilités. Si certains d’entre eux sont des prêts bancaires classiques avec des intérêts, une assurance et un délai de remboursement particulier, d’autres sont beaucoup plus souples.

Les emprunts aidés et les micro-crédits, par exemple, permettent aux jeunes entrepreneurs de lancer leur affaire avec moins de contraintes. En ce qui concerne les micro-crédits, leur montant ne peut pas dépasser 10 000 euros et il est souvent exigé qu’une tierce personne se porte garant pour payer la moitié du micro-crédit.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.